Les 4 étapes pour optimiser un jeûne de 7 jours

Les 4 étapes pour optimiser un jeûne de 7 jours

27 février 2019 0 Par Marion Henry

 

Un jeûne de 7 jours, pour apporter tous ses bienfaits, nécessite une préparation rigoureuse. La recette du succès d’une bonne détoxification consiste à respecter les 4 étapes importantes du jeûne :

  • la préparation mentale,
  • la descente alimentaire,
  • la purge intestinale,
  • la remontée alimentaire.

Nous aurions tort de négliger ces moments annexes, avant et après le jeûne, car ils sont aussi importants que le jeûne lui-même. Nous insistons sur l’importance d’une bonne préparation physique et mentale lorsque des jeûneurs novices, qui ne sont pas habitués à pratiquer le jeûne, s’inscrivent à nos séjours de jeûne.

 

Première étape d’un jeûne de 7 jours : la préparation mentale

 

Faire un jeûne de 7 jours est une aubaine pour votre corps et votre vitalité. Tenir plusieurs jours sans manger est un effort, mais pas une épreuve, et tout le monde ne vit pas un jeûne de 7 jours de la même façon, surtout si c’est la première fois. En jeûnant pendant une semaine entière, vous serez confrontés à vos limites psychologiques, à votre rapport émotionnel à la nourriture et au manque, etc.

Dans nos séjours, nous insistons toujours sur l’importance du choix et du plaisir qui permettent de s’engager sainement dans un jeûne prolongé. Que le jeûne soit un effort ou un défi ne pose pas de problème, mais si la privation alimentaire devient une épreuve, alors c’est contre-productif. Soyez un jeûneur serein.

Pour certains, jeûner est habituel. Rappelons que le Carême ou le Ramadan sont des formes de jeûne rituel intégré dans nos cultures. D’autres se sont déjà habitués à des jeûnes courts comme le jeûne intermittent ou le fasting avant de se lancer dans un jeûne plus long. Pour ceux qui n’ont jamais expérimenté de diète prolongée, le mental sera donc important pour décrocher de vos habitudes alimentaires.

Une bonne préparation mentale est en effet essentielle. Pour surmonter les moments difficiles du jeûne, posez vous les bonnes questions avant de commencer le jeûne, surtout si vous redoutez ce séjour :

  • Ai-je vraiment envie de faire un jeûne ?
  • Est-ce que je le fais vraiment pour moi ?
  • Suis-je prêt(e) à le faire ?
  • Ai-je le temps disponible pour moi-même ?

 

Interroger ses motivations pour faire un jeûne

 

Le jeûne est en effet bien souvent un effort, mais il ne doit en aucun cas être une torture. Soyez clair-es sur ce qui le motive. Vous pourrez vous remémorer vos objectifs de départ si certains moments sont difficiles à vivre. Soyez très clair sur vos objectifs, faites le tri et, au besoin, listez les sur un morceau de papier. Vérifiez avec vous même les bonnes et les mauvaises raisons de faire un jeûne. Tenir un cahier de bord avant et pendant le jeune est également une forme d’encouragement qui vous aidera à garder la vue sur vos ressentis et le sens de ce que vous êtes en train de faire pour votre corps : n’hésitez pas à noter toutes vos remarques.

Le jeûne peut avoir différents effets psychiques : chez certains il y a un affaiblissement qui ralentit la pensée (qui peut même être apaisant en cas d’hyperactivité cérébrale), mais le jeûne peut aussi aiguiser le mental.

Ne cédez pas à un effet de mode. Ne jeûnez pas pour faire plaisir à quelqu’un ou pour l’accompagner. Jeûnez uniquement si vous en ressentez le besoin.

 

Tester le jeûne intermittent

 

Si vous êtes réticent ou si vous craignez de vous lancer dans un jeûne long, et si notamment vous n’avez jamais fait de jeûne de 7 jours, renseignez vous sur le jeûne intermittent. Le jeûne séquentiel ou fasting, est une première approche du jeûne qui peut vous permettre de vous détacher de la peur de se priver de nourriture.

Pour vous mettre dans le bain, imaginez les menus quotidiens de votre descente et de votre remontée alimentaire. Choisissez les aliments sains que vous préférez, composez des menus « gourmands » et allez faire des courses. Vous prendrez alors possession de votre cure, et psychologiquement, vous aurez hâte de commencer.

 

Se donner du temps

 

Il est conseillé de faire un jeûne de 7 jours par an. Voyez le jeûne comme un cadeau que l’on s’offre à soi même, comme un voyage ou des vacances. Prévoyez le temps nécessaire pour ne vous occuper que de vous.

Enfin, si vous ne parvenez pas à tenir une semaine sans manger, arrêter au bout de 3 jours n’est pas un échec. Faites une remontée alimentaire plus longue pour offrir à votre système digestif un effet détox agréable et purifiant. Un jeûne partiel peut être recommandé pour certaines contre-indications au jeûne prolongé.

 

Une question, une remarque ou un témoignage ? N’hésitez pas à commenter nos articles et à nous faire des retours : nous avons besoin de vous pour toujours améliorer la qualité de nos informations et vous apporter des outils pour une autonomie santé satisfaisante. Partagez vos avis !

 

Deuxième étape : la descente alimentaire va préparer votre corps pour le jeûne

 

Faire un jeune d’une semaine ne signifie pas s’arrêter de manger du jour au lendemain. Si certains le font sans problème, d’autres peuvent ressentir un certain nombre de désagréments : maux de tête, acidose, etc. Il existe différents protocoles de descente alimentaire précédant un jeune de 7 jours. Le protocole que nous vous proposons permet de démarrer la restriction alimentaire en douceur et de limiter les potentiels effets secondaires désagréables du jeûne sur votre organisme.

 

Comment faire la descente alimentaire ?

 

Pendant la descente alimentaire, vous aller enlever progressivement certaines denrées alimentaires de votre alimentation. Et notamment celles qui sont habituellement les plus nocives pour votre santé : le sucre, le café, l’alcool, le chocolat, le piment, mais également la surconsommation de protéines animales et de sel. La descente dure le même nombre de jours que le temps de jeûne : elle sera donc de 7 jours pour un jeûne de 7 jours.

Dans un ordre précis, vous allez donc changer progressivement votre alimentation normale, et supprimer certains aliments de vos menus quotidiens  :

  1. les excitants, les fritures et les protéines animales
  2. les légumineuses
  3. les céréales
  4. les huiles, les aromates, les assaisonnements

 

Les 4 premiers jours de la descente alimentaire, vous pourrez :

  • manger beaucoup de légumes (cru, cuit, en jus frais, graines germées) et de fruits entiers, cuisinez de préférence des aliments frais et de saison,
  • assaisonner avec des aromates (persil, ciboulette, basilic…) et des épices douces (curcuma, cannelle, cumin, muscade…), du jus de citron et des huiles de première pression à froid,
  • continuer à manger des céréales mais exclusivement complètes ou demi complètes (diminuer à supprimer la consommation de blé et remplacer par riz, quinoa, sarrasin, millet), pomme de terre vapeur ou patate douce,
  • savourer des légumineuses (lentilles, pois chiches, pois cassés, haricots rouges et blancs, soja),

Puis vous arrêterez de consommer des légumineuses, puis les céréales.

Le 7e jour de la descente alimentaire, votre dernier repas sera exclusivement constitué de fruits et légumes, de bouillon de légumes non-salé, sans épices ou aromates ou de jus de fruits.

Hydratez vous abondamment. Si c’est possible, essayez de boire de l’eau peu minéralisée ( filtres à osmose inverse ou résidus secs à 180°C inférieurs à 150 mg/l, type Mont Roucous), de la tisane, et éventuellement de la chicorée ou du « café » de céréales torréfiées (type Yannoh), si la saveur amère vous manque. Notez que certaines tisanes permettent de mieux détoxifier.

Il est également possible de faire une journée de monodiète (consommer une seule sorte de fruit ou de légume au choix, cru ou cuit selon votre goût) ou de jus de légumes.

 

Troisième étape : la purge intestinale est-elle indispensable à la préparation du jeûne ?

 

La purge intestinale permet de limiter les effets secondaires du début de jeûne et la sensation de faim. Elle facilite donc l’entrée dans le jeûne. Elle est conseillée, mais il est possible de s’en passer. Si vous êtes réticent à cette pratique, consultez cet article.

La purge inaugure l’entrée dans le jeûne. Il est conseillé de faire une purge intestinale la veille, en fin de journée, après le repas du soir ou le matin du premier jour de jeûne. Vous ne mangerez donc plus rien après vous être purgé.

 

Nigari, chlorure de magnésium, hydrothérapie du côlon : choisir un purgatif

Le nigari et le chlorure de magnésium sont des purgatifs. Dilués dans de l’eau, vous pourrez les boire selon les dosages suivants :

  • 2 cuillères à soupe de nigari dans 1/2 litre d’eau, vous le trouverez en boutique bio,
  • un sachet de 20g de chlorure de magnésium dans 1/2 litre d’eau (en pharmacie).

Buvez le demi-litre de purgatif d’une traite. Faites des pauses entre les verres et détendez-vous : le goût très spécial de cette « boisson » est parfois difficile à supporter.  Ajoutez du jus de citron dans la bouteille, mettez la au frigo, le goût amer/salé en sera atténué. Buvez beaucoup d’eau après cette purge : les sels de nigari ou le chlorure de magnésium accroissent le travail des reins.

Le nigari et le chlorure de magnésium sont contre-indiqués en cas d’insuffisance rénale (qui est également une contre-indication stricte du jeûne) ou de fragilité rénale connue. En remplacement, il est possible de faire des lavements intestinaux ou une hydrothérapie du côlon avec un professionnel formé à cette technique et équipé.

Les joies de la vidange intestinale

La vidange intestinale démarre entre 30 minutes et une heure après avoir bu le purgatif pour les personnes qui ont un transit rapide en temps normal, de quelques heures à une nuit pour les personnes à transit lent. Pour activer le péristaltisme (le mouvement intestinal), vous pouvez faire de la gym, du yoga ou de la marche. Tenez-vous près des toilettes. Le guide du lavement intestinal, c’est ici.

 

Quatrième étape : après le jeûne vient la remontée alimentaire

 

Rompre le jeûne est un moment important. Il ne faut pas sous-estimer cette étape essentielle : elle permet de prolonger les efforts du jeûne avant de reprendre une alimentation normale. Gardez à l’esprit que votre métabolisme a changé, depuis ces deux semaines. Vous avez réussi à éliminer les toxines, évitez de reprendre trop vite de mauvaises habitudes alimentaires : jeûner c’est aussi changer son hygiène de vie.

La reprise alimentaire est plus difficile en terme de tentation : il ne s’agir pas de se jeter sur la nourriture et de gober tout ce qui vous a manqué pendant le jeûne. Il est conseillé de réintroduire doucement les aliments. Le plus difficile va être de résister aux injonctions du mental qui veut vite retrouver sa routine habituelle et aux exigences du corps que veut refaire ses réserves.

La remontée alimentaire s’effectue dans l’ordre inverse de la descente alimentaire et sur la même durée, soit une semaine dans le cas d’une jeûne de 7 jours. Prendre le temps de la remontée alimentaire permet de relancer en douceur l’activité digestive et d’optimiser les effets du jeûne. C’est une étape très importante qui sera souvent évoquée par le naturopathe ou le nutritionniste pendant un jeûne accompagné.

 

Pour un jeûne de 7 jours compter 3 semaines de détox

 

Pour profiter pleinement des bienfaits du jeûne de 7 jours, comptez en réalité 3 semaines de détox. Idéalement, deux semaines de restrictions alimentaires douces (descente puis remontée) entourent une semaine de jeûne. Ce timing n’est pas une obligation, mais une optimisation.

Si vous êtes sensible au niveau digestif, une descente et une remontée alimentaire bien gérées vous éviteront de subir de grosses douleurs de ventre, des vertiges ou des nausées… Et dans tous les cas, profiter d’une période de jeûne, c’est s’offrir un vrai moment pour soi et sa santé… Soyez donc à l’écoute et respectez vos besoins.

Pour mieux vous représenter l’ensemble de la pratique du jeûne, nous mettons à votre disposition le programme complet d’un séjour de jeûne, accompagné ou non.

 

D’autres articles pour en savoir plus sur le jeûne :

 

Comment faire un lavement intestinal ?

Faut-il faire des lavements intestinaux avant une cure de jeûne ?

S’entraîner à jeûner avec le jeûne intermittent

Les bienfaits détox d’un jeûne court

Faire un séjour de jeûne accompagné

Les grands principes de base d’une alimentation équilibrée